Contre le harcèlement sexuel et pour l’égalité femme-homme à l’Université Sorbonne Paris IV

La note d'Ahmed :
Apparement la priorité pour certains serait d’interdire le port du voile dans les universités au nom de l’égalité femme-homme ! Alors que des étudiantes fuient les universités à cause du harcèlement sexuel qu’elles subissent !

Sexual Harrassment at Work

À l’attention : des étudiants de l’Université Sorbonne Paris IV, du Ministère de l’Education Nationale

Notre université jouit d’une bonne réputation à l’international grâce à la qualité et la diversité de son offre pédagogique.

Mais nous sommes bien loin d’avoir bonne réputation ou d’être à l’avant-garde, en ce qui concerne la lutte contre les inégalités femmes-hommes et contre le délit de harcèlement sexuel.

Malgré les demandes répétées de l’AGEPS et de certains enseignants, malgré la nécessité de nous conformer à la loi du 22 juillet 2013 obligeant les universités à créer une mission d’égalité femmes-hommes, malgré la circulaire du 21 octobre 2005 obligeant les présidents à mettre en place la prévention contre le harcèlement et malgré la volonté répétée de la direction de Paris-Sorbonne pour mettre en place au plus vite ces mesures visant à améliorer les conditions d’études, la situation est toujours au point mort.

Il n’y a pas de service, ni de personne à contacter pour avoir des informations sur l’égalité femmes-hommes ou le harcèlement dans l’université.

Le besoin est pourtant bien là. Le harcèlement sexuel est un fléau qui touche les universités françaises et la nôtre n’est certainement pas épargnée. Les inégalités sont, elles, une évidence.

L’inaction ne saurait être acceptable, ni justifiable. En dehors des considérations morales, la réputation de l’Université française à l’étranger en pâtit lourdement.

Nous demandons donc que la mission d’égalité femmes-hommes soit mise en place sans délai et qu’une cellule de veille et d’informations sur le harcèlement sexuel suivant le modèle de celle de Lille 3 soit créée également sans délai.

Le harcèlement sexuel nous fait perdre des étudiants qui ne poursuivent par leurs études pour ne pas rester confrontés à leur agresseur, il nuit aux conditions de travail des personnels qui sont confrontés à un environnement hostile.

Nous demandons donc, par respect envers les valeurs d’égalité que cette université défend, par souci de rester dans un état de droit, par nécessité à se conformer à la loi et par envie de préserver l’image de notre université à l’étranger, que la mission et la cellule de veille soient mises en place sans délai.

SOURCE

Dans la même catégorie...

2 Commentaires

  1. pat dit :

    un endroit ou tu n’as jamais ete , l’ecole , bac -11 , sacre moualek va ! tu es allé jusqu’ou a l’ecole , 6eme ?

  2. lol dit :

    c’est encore troll fanahmed trollage,apparament tu n’a pas compris que j’utilse des proxy,donc c’est inutile de suprimer quoi que ce soit,je pourais tjr venir sur ton site et troller,lol,t’es un infographiste non?lol…..

Laisser un commentaire