Salafisme : témoignage d’une Française repentie

La note d'Ahmed :

Voilà le résultat du musulmanisme, le divorce (famille qui explose) ou la schizophrénie (névrose) assumée ou refoulée!

Salafisme : témoignage d'une Française repentie

Salafisme : témoignage d’une Française repentie

Pendant dix ans, on ne voyait que ses yeux. Un regard, parfois un visage, une identité qu’Henda Ayari a décidé aujourd’hui de reconquérir. Elle reçoit France 2 en jeans, les cheveux détachés, loin des codes salafistes auxquels elle a adhéré à 21 ans alors qu’elle n’avait reçu aucune éducation religieuse. Elle se tourne vers l’islam après un décès dans sa famille. Bouleversée, elle est en quête de spiritualité. Des amis lui présentent alors une femme salafiste. Cette femme donne le numéro d’Henda Ayari à un homme, lui aussi salafiste, qui cherche une épouse.

Le mariage, socle des valeurs salafistes

Henda souhaite continuer ses études, mais cède sous la pression de cet homme et celle de sa propre mère. Le mariage est le socle des valeurs salafistes. « Être une bonne épouse salafiste n’est pas compliqué, c’est obéir aux ordres de son époux« , confie Henda. Finis les pantalons et le maquillage, son mari impose une nouvelle garde-robe. Une peur et des règles salafistes qui règlent chaque geste du quotidien de la jeune femme. À l’époque, elle ne travaille pas et n’a pas de compte bancaire à son nom. C’est la peur pour ses enfants qui lui sert de déclic. Elle enlève donc son voile et travaille pour pouvoir divorcer et obtenir la garde de ses enfants. Son parcours, elle le raconte dans son livre intitulé J’ai choisi d’être libre.

 


Salafisme : témoignage d’une française repentie

SOURCE

Dans la même catégorie...