loi rgpd

Loi RGPD : quelle différence avec l’ancienne directive ?

La loi RGPD, ou Règlement général de Protection des Données, est source de changements. Auparavant, avant qu’elle ne soit votée et mise en application, il existait une première directive, qui fixait la marche à suivre concernant la protection des données. Cependant, celle-ci se montrant incomplète, certaines nouveautés s’imposaient alors. C’est ainsi que la loi RGPD a pris forme, reprenant certains éléments de cette première réglementation, mais la mettant à jour et apportant des points manquants. Celle-ci comporte tout un tas d’obligations, mais également la mise en place de nouveaux droits, afin d’apporter un équilibre plus juste entre les individus et les personnes qui traitent leurs données.

La loi RGPD représente ainsi une manière de faire face à ce que l’on appelle le big data, c’est-à-dire à l’explosion du nombre de données, mais également à tout ce qui touche au digital et à la manière de rester connecter. Au milieu de cette nouvelle ère où le numérique domine, il est devenu primordial de se concentrer sur les personnes physiques, et de leur restaurer leurs droits, et leur permettre d’être en pleine possession de leurs données personnelles, sans se laisser envahir par la multitude d’enseignes qui souhaitent prédire toujours plus l’avenir, et ainsi pousser à la consommation.

Loi RGPD : les cibles

Le Règlement général de Protection des Données cible aussi bien les entreprises, à qui il impose certaines restrictions et obligations, que les individus, dont il protège les droits, tout en incitant à rester sur leurs gardes. Le RGPD dans son intégralité se trouve sur le web. Selon les dispositions de la loi RGPD, toute entité qui entre en relation, d’une manière ou d’une autre, avec les données personnelles d’un internaute, afin de les traiter et d’en déduire un certain raisonnement, est directement visée par le RGPD, et doit s’assurer de prendre ses précautions lorsqu’elle souhaite à l’avenir stocker des données et les faire circuler en interne.

En d’autres termes, quel que soit sa taille, son domaine, ou le but de sa collecte de données, une entreprise qui collecte des informations doit être conforme au règlement.

Loi RGPD : qu’appelle-t-on « données » ?

La loi RGPD repose entièrement sur le terme « donnée », que l’on retrouve sous différents dérivés, tels que « données personnelles », ou encore « données sensibles », mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Selon le règlement, les données personnelles correspondraient aux renseignements relatifs à l’identité des personnes, par exemple son nom, son prénom, ou encore sa date de naissance.

Par conséquent, toute sorte d’enseignes peuvent être concernées par la loi RGPD, et pas uniquement les gros groupes tels que Facebook ou encore Google, du moment que celle-ci stocke et traite ce type de renseignement. Grandes entreprises, petites entreprises, associations… aucune enseigne n’échappe à la règle, et il n’existe aucune exception ou traitement de faveur : chacune d’entre elles devra se fier au Règlement général de Protection des Données pour encadrer leur manière de gérer les informations collectées.

Articlе Spоnsоrisé
ipsum ut venenatis at libero Aenean odio non libero elementum dapibus